Les princes de Baux de Provence se réclament de la descendance du roi mage, Balthazar. Reconnaissants envers l’étoile qui les avait guidés, ces mages ont fait de l’étoile une sainte : Sainte Estelle. Ainsi, cette étoile figure sur les armes des seigneurs des Baux de Provence qui prirent alors pour devise « Al Azar, Balthazar » (Au hasard, Balthazar).

« La première par son antique nom, comme sa splendeur
Des familles provençales
Race d’aiglons, jamais vassale
Qui, de la pointe de ses ailes
Effleura la crête de toutes les hauteurs ».

Ainsi est évoquée la légendaire famille des Baux de Provence au début du Calendal de l’écrivain Frédéric Mistral.

/////////////////////////////////////////////////////////

La fenêtre Post Tenebras Lux d’une dépendance de l’hôtel de Manville des Baux-de-Provence, bastion de la Réforme protestante au xvie siècle.

Cette fenêtre est l’unique vestige d’une demeure dite « logis de Brisson-Peyre », du nom du bourgeois qui l’acheta à ses premiers propriétaires, édifiée durant le troisième quart du xvie siècle par Claude de Manville, fils de Claude de Manville, capitaine-viguier des Baux, et qui constituait une dépendance de l’Hôtel de Manville. La demeure servit sans doute de temple protestant, comme peut le laisser supposer la devise calviniste gravée au-dessus de la fenêtre : « Post Tenebras Lux » (« Après les ténèbres, la lumière »)

Il y avait en effet au xvie siècle de nombreuses communautés réformées en Provence, comme à Arles, Les Baux, Tarascon, Saint-Rémy-de-Provence… Les Manville eux-mêmes étaient protestants de longue date. La présence à l’époque de nombreux protestants aux Baux s’expliquait par la tolérance du Baron des Baux.

/////////////////////////////////////////////////////////

La captivité de Marie Durand dura 38 ans.

/////////////////////////////////////////////////////////

Louis Jou
Il tousse ou il se fend la gueule ?

/////////////////////////////////////////////////////////

Les seigneurs des Baux prétendaient descendre du Roi mage Balthazar.
Aussi prirent-ils pour emblème l’étoile de la nativité à seize branches : « de gueules à l’étoile à seize rais d’argent »

/////////////////////////////////////////////////////////

Plan dressé en 1902, de la grotte des Fées du Val d’Enfer aux Baux de Provence.
L’un des plus beau nouvel an de notre vie… Aujourd’hui la grotte est salement fermée.

/////////////////////////////////////////////////////////

Tombeau de Bertrand Ier des Baux à l’abbaye de Silvacane.

/////////////////////////////////////////////////////////

Miquel Barcelo – Avignon
à voir absolument : Paso doble à Avignon en DVD.

/////////////////////////////////////////////////////////

Jacques le Maréchal – Un paysage d’oiseaux fantômes.
Une rencontre magnifique, un hommage provençal et un travail sur les traces de Bachelard.

/////////////////////////////////////////////////////////

François Houtin – Cabane de jardinier.

/////////////////////////////////////////////////////////

Les Trémaïé sont sculptées sur un rocher situé au sud-est du plateau des Baux-de-Provence, en contrebas du château des Baux. Selon le préfet des Bouches-du-Rhône, Christophe de Villeneuve-Bargemon, ce rocher se serait écroulé depuis le plateau. Il mesure 7,60 mètres sur 4,50 mètres. Le bas-relief est sculpté dans une niche de 2 mètres sur 1,35 mètre, elle aussi sculptée, et ornées d’acrotères.

Comme le rocher se trouve dans une position instable, menaçant de continuer à rouler, une chapelle lui est accolée depuis le xixe siècle, 1845 précisément, afin de le stabiliser complètement. De 1830, début du culte catholique lié aux Trémaïé, jusqu’à 1910 environ, les habitants des Baux y effectuaient un pèlerinage tous les 25 mai. Pour l’occasion, ils portaient une petite statue polychrome représentant la barque sur laquelle les Trois Maries débarquèrent en Provence. Participer à ce pèlerinage était moins onéreux pour les habitants des Alpilles que d’effectuer le pèlerinage aux Saintes-Maries-de-la-Mer en Camargue.

/////////////////////////////////////////////////////////