Après un été très éprouvant. L’hiver fut le temps des dîners chaleureux de Marrel. Une parenthèse essentielle dans notre aventure. Un lieu préservé et étrange qui a embelli les rencontres et nos souvenirs autour de la cuisine magnifique d’Yvan. Une alchimie rare et lointaine comme un souvenir d’une Provence perdue et que nous recherchons tous. La parenthèse se referme simplement car le beau temps va arriver. D’autres idées encore plus réjouissantes voient le jour…

« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau » M. Anaxagore